next up previous contents
Next: Tableaux Up: Les Flottants : Tableaux, Previous: Notes en Marge   Contents

Subsections

Figures et Graphiques Importés

Aucun système de préparation de document n'est complet s'il n'a pas la possibilité d'importer des graphiques dans le document à partir d'autres applications. Dans LYX, on les appelle figures, que ce soient des figures au sens habituel du terme ou une quelconque image importée. Les figures PostScript® encapsulées sont très bien prises en charge par LYX, qui utilise ghostview pour générer une image à l'écran dans la fenêtre d'édition, et insère la figure dans le document final avec la commande LATEX \includegraphics.

Notez que les figures dont nous parlons ici n'ont pas de légende et prennent place dans le document exactement là où elles sont insérées. Si vous voulez changer ce comportement, voyez plus bas la Section [*].

Pour placer une figure dans votre document, cliquez sur la deuxième icône en partant de la droite dans la barre d'outils, ou faites Insérer $\triangleright$Graphique.

Un insert graphique est ajouté à votre document et une fenêtre s'ouvre, qui vous permet de choisir le fichier à charger. Vous pouvez aussi changer tous les réglages que vous voulez dans cette fenêtre.

\includegraphics[%%
bb = 0 0 200 100, draft, type=eps]{../../cvs_lyx/lyxdoc/mobius.eps}

Cette même fenêtre apparaît quand vous cliquez sur la figure avec le bouton gauche de la souris. Les changements que vous opérez ne seront pas appliqués à la figure avant d'appuyer sur Appliquer.

Cette fenêtre a de nombreux paramètres, mais la plupart s'expliquent d'eux-mêmes. L'onglet Fichier vous permet de choisir votre fichier d'image (notez qu'un vaste choix de formats de fichiers est automatiquement supporté). Vous pouvez choisir l'option Sous-Figure dans les flottants de figure (voir la Section [*]). La figure peut être transformée en choisissant un angle de rotation, en la recadrant, et en la changeant d'échelle. Il est possible de détecter automatiquement son cadre pour certains formats d'image (voir l'onglet Cadre). Notez qu'il est possible de contrôler l'affichage de la figure dans LYX et l'affichage dans le document final séparément, ce qui peut être très utile pour de grandes figures. Les génies de LATEX peuvent spécifier des options LATEX supplémentaires dans l'onglet Autres.

Figures Flottantes

Utiliser les Figures Flottantes

Le problème d'insérer des figures directement dans le texte est qu'elle peuvent gêner la pagination de votre document. Pour coller à la mentalité de LYX d'automatiser de telles opérations, vous pouvez préférer les Figures Flottantes, que LYX (en fait LATEX) est libre de déplacer dans votre document autant que nécessaire pour obtenir un bon rendu. En outre, LYX génère automatiquement la liste de ces figures et vous permet d'y placer une légende, en utilisant l'environnement Légende expliqué dans la section [*].

Pour placer une Figure Flottante faites juste Insérer $\triangleright$Flottants $\triangleright$Figure Flottante. Vous aurez un flottant sans figure ; utilisez l'icône de la barre d'outils décrite plus haut pour insérer la figure elle-même. Dans des documents sur deux colonnes, vous pouvez faire Insérer $\triangleright$Flottants $\triangleright$Grande Figure Flottante pour avoir un flottant qui fait la largeur de la page.

Figure: Acide de M.C. Escher.

\includegraphics[%%
bb = 0 0 200 100, draft, type=eps]{escher-lsd.eps}

Figure: Un ornithorynque plutôt tordu.
\includegraphics[%%
bb = 0 0 200 100, draft, type=eps]{platypus.eps}

Ça paraît simple, mais il y a des subtilités pour la disposition de la légende. Si vous préférez que votre légende apparaisse sous la figure, alors insérez la Figure quand le curseur est tout au début de la légende (après que la figure a été insérée, vous pouvez aussi effacer la légende et la recréer en choisissant l'environnement Légende). C'est ce que nous avons fait pour la figure [*]. Si le curseur est à la fin de la légende quand vous insérez la Figure, alors elle sera disposée après la légende, comme c'est le cas avec la figure [*]. Il est toujours préférable de mettre une Figure par Flottant. Ça permet à LYX (en fait à LATEX) de mieux positionner chaque figure.

Cette figure montre aussi comment placer une étiquette et créer une référence croisée ; comme vous pouvez le deviner en lisant la section [*] vous pouvez simplement insérer une Étiquette dans la légende et vous y référer avec une Référence Croisée comme d'habitude. Il est particulièrement important de s'en servir avec les figures flottantes, plutôt que de mettre de vagues allusions à la figure ci-dessus , car LATEX repositionne les flottants dans le document final ; la figure pourrait bien ne plus être ci-dessus du tout. S'il n'est pas possible de disposer correctement les flottants sur la même page que le texte qui s'y réfère, les figures seront placées sur une page séparée. Rassurez-vous, l'effet est en général plutôt réussi.

Il y a deux autres propriétés des Figures Flottantes et des Grandes Figures Flottantes ; la figure est automatiquement incluse dans une Liste des Figures (décrite dans la section [*]) si vous choisissez d'en mettre une dans le document. La deuxième propriété est qu'elles peuvent être ouvertes ou fermées (comme tous les flottants), ce qui vous laisse vous concentrer sur votre texte et cache les figures.

Emplacement des Flottants

L'idée des Figures Flottantes (ainsi que des Tableaux Flottants, dont nous allons parler plus tard) est de permettre à LYX de placer une figure (ou un tableau) dans une page d'une manière cohérente et raisonnable. Cette fonction serait inutile si vous ne pouviez pas agir sur ce comportement raisonnable . LYX va essayer de positionner une figure à quatre endroits différents :

Ici
LYX essaye de mettre le Flottant à l'endroit du texte où vous l'avez inséré.

S'il n'y a pas assez de place, LYX essaye un des trois autres types d'emplacement.

En haut
LYX essaye de mettre le Flottant en haut de la page en cours. Si la figure ne tient pas sur cette page, elle va sur la suivante.
En bas
LYX essaye de mettre le Flottant en bas de la page en cours. S'il n'y a pas la place, elle va sur la suivante.
Page
LYX essaye de mettre le Flottant sur une page dédiée.
Vous pouvez spécifier les valeurs par défaut pour le document dans la fenêtre Style de Document (ouverte avec Format $\triangleright$Document). Dans l'onglet Extra, il y a un champ appelé Placement des flottants qui contrôle l'emplacement global des Flottants. Vous pouvez aussi régler ces propriétés pour un flottant donné en cliquant sur la figure flottante avec le bouton droit.

En fait il y a des subtilités de fonctionnement. Vous pouvez placer n'importe quel combinaison de ces quatre lettres dans la boîte Placement des Flottants, dans n'importe quel ordre :

L'ordre spécifie quel emplacement LYX doit essayer d'abord. Si cela échoue, il essaye le suivant, et ainsi de suite, mais h aura toujours priorité s'il est présent dans la liste. La liste d'emplacement par défaut est tbp : essayer d'abord le haut d'une page de texte, puis le bas d'une page de texte, puis une page dédiée. Si vous voulez que LYX s'acharne vraiment à disposer la figure là où vous lui avez demandé, faites précéder la liste d'un point d'exclamation ; par exemple !htbp . Voici quelques exemples et ce qu'ils font :

  1. hbp

    Essaye de mettre la figure ou le tableau à son emplacement dans le texte. Si ça ne marche pas, le met en bas de la page. Si ça échoue, le met sur une page séparée.

  2. !hbp

    S'acharne à mettre la figure ou le tableau à son emplacement dans le texte. Puis au bas de la page, puis sur une page séparée...

  3. tp

    Met la figure ou le tableau en haut de la page. Si c'est trop long, le met sur une page séparée.

  4. p

    Met toujours les figures ou les tableaux sur une page séparée.

Une dernière remarque : Placement des Flottants contrôle la position à la fois des figures flottantes et des tableaux flottants.

XFig et LYX

Une question évidente est comment créer des figures ? Heureusement, la réponse se trouve dans la plupart des distributions Linux et/ou LATEX. XFig est un outil de dessin puissant et chaudement conseillé. Il y a plusieurs méthodes pour inclure des figures créées avec XFig. Nous recommandons les suivantes :

  1. Exporter la figure en PostScript® Encapsulé (EPS). Celui-ci peut être très facilement inclus dans LYX, comme c'est décrit dans les sections précédentes. Le grand avantage est alors de disposer de toute la puissance de PostScript®. Ça veut dire les courbes de Bézier, les couleurs, toutes les épaisseurs de trait et bien plus encore. Si vous avez inséré du texte dans votre figure, il sera imprimé avec des polices PostScript®, ce qui fonctionne. La figure peut être manipulée comme n'importe quelle autre figure EPS, comme décrit plus haut.

    Le seul inconvénient est que vous ne pouvez pas créer de formules en tant que texte PostScript®, à part à la main. Si vous avez besoin de formules ou simplement d'indices et d'exposants dans votre figure, nous vous recommandons la méthode ci-dessous.

  2. Exporter la figure en LATEX. C'est tout aussi simple à inclure dans LYX, avec l'avantage que vous pouvez utiliser toutes les commandes LATEX dans le texte inclus dans XFig. Pour ce faire vous devez cocher le drapeau spécialtypeset@protect @@footnote SF@gobble@opt NdT : Traduction incertaine. pour le texte dans XFig. C'est fait automatiquement si vous invoquez XFig avec xfig -specialtext. Alors, si vous avez aussi choisi une police LATEX, vous pouvez écrire simplement $H_2$ dans XFig. Si vous exportez cette figure en LATEX et l'incluez dans LYX avec Insérer $\triangleright$Inclure Fichier (voir la description dans Options Avancées) ce texte apparaîtra comme $H_{2}$.

    L'inconvénient de cette méthode est que les capacités graphiques de LATEX ne sont pas aussi importantes que celles de PostScript®. Vous n'avez pas accès à toutes les épaisseurs de trait ni, ce qui est plus ennuyeux, à toutes les inclinaisons. C'est pourquoi nous recommandons la troisième méthode pour des figures plus complexes.

  3. Exporter la figure en LATEX/PostScript® combiné. XFig (en fait transfig) génère alors deux fichiers :

    1. la partie PostScript® machin.pstex, qui contient tous les dessins
    2. la partie LATEX machin.pstex_t, qui contient tout le texte et des liens à la partie PostScript®.
    Vous n'avez alors qu'à inclure la partie LATEX comme décrit plus haut. La partie PostScript® sera automatiquement incluse elle aussitypeset@protect @@footnote SF@gobble@opt Si vous obtenez une erreur comme unknown graphics extension pstex vous devez déclarer ces extensions graphiques. Je pense que c'est une erreur dans transfig qui se manifeste avec LATEX2e. Ajoutez juste une ligne comme

    \@namedef{Gin@rule@ps_tex}#1{{eps}{ps_tex}{#1}}

    dans le fichier /usr/lib/texmf/tex/latex/graphics/dvips.def. Puis ajoutez pstex à l'extension :

    \def\Gin@extensions{eps, ps, pstex, eps.gz, ps.gz, eps=2EZ}

    Tout devrait alors fonctionner. Sinon vous pouvez toujours exporter la partie postscript comme machin.ps et changer la partie LATEX machin.pstex_t à la main, mais c'est pénible.. Avec cette méthode vous avez toutes les capacité à la fois de PostScript® et de LATEX combinées, sauf la possibilité de changer la taille de la figure après l'avoir créée. Si vous voulez des figures dont vous puissiez changer la taille, le format PostScript® est le seul choix possible. Un autre petit avantage à laisser LATEX typographier la police est que la même police a cours dans vos figures et dans votre texte, ce qui est plus joli.


next up previous contents
Next: Tableaux Up: Les Flottants : Tableaux, Previous: Notes en Marge   Contents
LyX